Taubira ou l’élixir du complot

Une position, un livre, une démission seulement après le livre, une stratégie habile et lourde, « je conspue l’idée, je démissionne, mais je suis loyale, pire encore, fidèle à l’auteur de l’idée qui me fait démissionner ! »

loyale

Cela donne une idée du bric à brac politique socialiste adepte de la mesure responsable selon la direction du vent et la hauteur du gain mais jamais responsable des conséquences. Presque un non sujet.

La fiction aveugle

La réalité de la déchéance ne prévoit pas une ile prison, l’asile à l’assassin, le bocal isolant et fourre tout, salvateur, elle ne prévient que le crime qui n’a pas eu lieu pour des criminels imaginaires, coupables avant d’être jugés, les criminels de l’avenir, qui, déchus de droits, se contenteront, supposément, d’errer l’âme en peine, le long de nos frontières, affranchis de droits et de devoirs après quelques années de prison.

Que risque un apatride ne dépendant d’aucun pays, d’aucune législation ? Pour être accepté quelque part, ne serait-ce que dans une prison pour s’y nourrir, il devra commettre un délit, un crime, voire un attentat.

Stratégie électorale ?

Taubira n’accuse pas directement, elle décrit le sujet, les conséquences de la déchéance des bi nationaux, en se gardant bien de désigner les responsables de ce foutoir étatique, à savoir Hollande et Valls et consorts et précédemment Sarkozy Fillon et consorts.

Responsables mais pas coupables

Le paradoxe réside dans les déclarations de Taubira qui elle se déclare malgré tout fidèle, loyale, à quelle échelle de valeurs répond la fidélité à des individus dont on conspue les idées publiquement ? à travers un livre et une fumeuse langue de bois ?

De la langue de foi à la langue de bois

Approche rusée d’un Hollande qui tente de récupérer les déçus de la gauche nettement plus nombreux que les satisfaits ? Qu’à donc à perdre ce gouvernement en déroute après cinq raclées électorales sévères ? Un gouvernement de potiches bien mal récompensé par ses maitres spéculateurs, actionnaires, camouflés derrière le MEDEF, le CAC40, la finance, il faut le reconnaitre. La fidélité à géométrie variable, hypocrite, ne paie pas mais qui ne tente rien n’a rien.

Osons n’est pas j’ose

« Osons le dire : un pays doit être capable de se débrouiller avec ses nationaux. Que serait le monde si chaque pays expulsait ses nationaux de naissance considérés comme indésirables ? Faudrait-il imaginer une terre-déchetterie où ils seraient regroupés » déclare Taubira.

Les papy paranos

Hollande Sarkozy Lepen, en papy maniaco-paranoïaques? Qui irait encore le nier suite à la surenchère des punitions imaginaires qui ne désignent que des millions de bi nationaux et faire rire les terroristes qui ne demandent pas, eux, de passeports en régle avant de commettre un attentat, des terroristes qui n’attendent pas les déclarations vindicatives du trio de shérifs en charentaises pour s’absoudre des frontières ?

Hollande Sarkozy Lepen maniaques conspirationnistes ?

« A qui parle et que dit le symbole de la déchéance de nationalité pour les Français de naissance ? Puisqu’il ne parle pas aux terroristes […], qui devient, par défaut, destinataire du message ? Celles et ceux qui partagent, par totale incidence avec les criminels visés, d’être binationaux, rien d’autre. […] C’est à tous ceux-là que s’adresse, fût-ce par inadvertance, cette proclamation qu’être binational est un sursis. Et une menace : celle que les obsédés de la différence, les maniaques de l’exclusion, les obnubilés de l’expulsion feront peser, et le font déjà par leurs déclarations paranoïaques et conspirationnistes, sur ceux qu’ils ne perçoivent que comme la cinquième colonne.  » déclare encore Christiane Taubira qui est à la fois encore ministre lors de l’écriture, avocate discrète de la bi nationalité sans heurts avant de s’ériger en psychiatre.

Somme toute rien de vraiment nouveau, sinon une reprise des arguments déjà posés par Jean Luc Mélenchon, député Européen, pour ne citer que l’un des plus fermes adversaires de l’épée de Damoclès suspendue sur les têtes de 3 millions de bi-nationaux devenus objets de toutes les suspicions et livrés à la vindicte barbare qui prétend cautériser la France de ses furoncles terroristes par le feu et la haine.

Dans un monde ou tout le monde est devenu suspect, le national, le bi national, le SDF, le chômeur, l’ouvrier syndiqué, le Rom, l’homosexuel, l’étranger, n’est ce pas suspect de ne pas être soupçonné ?

Laisser un commentaire