25000 euros d’amende pour Lepen

Une peine de 25.000 euros d’amende a été requise jeudi à Nice à l’encontre de l’ex-président du Front National Le Pen, pour avoir qualifié la présence des Roms « d’urticante » et « odorante », dans un discours en 2013.

devoir5

Le Pen, qui était jugé pour provocation à la haine et à la discrimination ethnique, avait tenu ces propos le 4 juillet 2013, lors d’un discours d’investiture de la candidate niçoise du Front National à Nice.

Outre la peine d’amende, le procureur a requis la publication du jugement dans les médias qui avaient à l’époque cité ses propos.

Trois associations s’étaient constituées parties civiles dont SOS Racisme et la Ligue des droits de l’Homme. « Il décrit les Roms avec une image dégradante mais surtout qui incite à la haine en les comparant à des punaises qui vont envahir la Côte d’Azur », a souligné l’avocate de SOS Racisme Me Patricia Suid.

L’avocat de l’inhumain Lepen, Me Frédéric Joachim, a tenté de faire valoir l’immunité parlementaire de son client, député européen, avant de quitter la salle d’audience lorsque le tribunal a abordé le fond du dossier.

Le jugement doit être rendu le 7 avril.

Mercredi dernier à Paris, une peine d’amende d’au moins 30.000 euros a été requise contre M. Le Pen pour « contestation de crime contre l’Humanité » pour avoir un nouvelle fois qualifié les chambres à gaz de « détail » de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Laisser un commentaire