Un partisan de l’État islamique tué

OTTAWA – Un sympathisant du groupe armé État islamique a été abattu mercredi soir, à Strathroy, en Ontario, peu après que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) eut annoncé avoir reçu «de l’information crédible indiquant une menace terroriste potentielle».

Police-Toronto

Aaron Daniel Driver a été abattu par les forces policières, a rapporté CTV News. Selon un document obtenu par le réseau, le jeune homme avait prévu d’utiliser mercredi un engin explosif improvisé dans un lieu public, en pleine heure de pointe.

Aaron Driver, aussi connu sous le nom Harun Abdurahman, est bien connu des autorités puisqu’il avait exprimé sa sympathie pour le groupe armé État islamique dans une entrevue accordée au «Toronto Star» en février 2015. Il avait affirmé avoir eu une éducation chrétienne dans une famille militaire en Ontario, mais s’être converti à l’islam à l’âge de 17 ans.

L’année dernière, la GRC le soupçonnait d’être une menace pour la sécurité et avait demandé qu’on lui impose un engagement de ne pas troubler l’ordre public comme condition de libération.

Menace terroriste potentielle

Dans un communiqué publié mercredi, le corps policier a dans un premier temps affirmé qu’«un suspect a été identifié et les mesures appropriées ont été prises afin de s’assurer qu’il n’y a aucun danger pour la sécurité publique».

Aucun autre détail n’a été fourni puisque la situation était «toujours en cours».

En milieu de soirée, plusieurs médias locaux ont rapporté qu’une opération de sécurité était en cours dans la ville ontarienne de Strathroy, possiblement dans une résidence où vivaient Aaron Daniel Driver et sa sœur.

De son côté, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Ralph Goodale, a souligné dans une déclaration que le «niveau national de menace terroriste pour le Canada demeure « moyen », où il se situe depuis l’automne 2014».

«En ce qui concerne les mesures policières et celles liées à la sécurité prises au Canada, j’ai discuté de la situation avec le premier ministre afin de confirmer que la sécurité publique a été protégée adéquatement et qu’elle le demeure», a-t-il mentionné.

Le ministre Goodale a précisé que la GRC «discutera des détails opérationnels en temps opportun».