L’extrême droite derrière l’attentat

L’assassin accusé d’avoir tué six personnes dimanche a été inculpé lundi après s’être rendu. il est décrit comme suprémaciste proche de l’extrême droite.

11 chefs d’accusation pour lesquels Alexandre Bissonnette est inculpé par la justice. Six pour meurtres avec préméditation et cinq accusations pour tentatives de meurtres dans le quartier de Sainte-Foy au centre culturel de Québec. Dans les jours prochains, il pourraient être accusé de terrorisme et d’atteinte à la sécurité nationale.

Sur sa page Facebook il soutenait Donald Trump et Marine Lepen qui prône une politique ultra réactionnaire en France, une page désormais inaccessible, Facebook ayant supprimé cette dernière. Une connaissance du tueur présumé a appelé la police pour décrire ses idées très à droite, proches des ultranationalistes suprémacistes blancs.