Trudeau contre le racisme de Fox News

Dès lundi en milieu de journée, les autorités canadiennes avaient rectifié la rumeur qui courait depuis la fusillade survenue la veille contre une mosquée à Québec.

Contrairement à ce qui avait été annoncé initialement, l’attentat qui a fait six morts avait été perpétré par un seul tireur, le nationaliste Alexandre Bissonnette. Mais un post toujours présent sur le compte Twitter de Fox News, laissant penser qu’un jeune d’origine marocaine était le suspect de la tuerie qui a fait six morts, continuait d’agacer le gouvernement de Justin Trudeau. Mardi, le cabinet du Premier ministre canadien a obtenu de la chaîne américaine le retrait du tweet.

Kate Purchase, directrice des communications de Justin Trudeau, reprochait à la télévision d’avoir laissé ce message depuis lundi à la mi-journée alors que peu après, l’homme, arrêté par méprise, un sauveteur, par les policiers, avait été relâché et blanchi.

« Au fil de la journée, il s’est avéré que l’information était fausse. En fait, le suspect a été identifié comme un Canadien français de 27 ans, et non quelqu’un d’origine marocaine », avait écrit mardi Kate Purchase à Bill Shine, co-président de Fox News.

« Ces tweets de Fox News déshonorent la mémoire des six victimes »

« Le suspect de l’attaque terroriste à la mosquée de Québec était un Marocain d’origine, selon les médias », pouvait-on lire sur le fil Twitter de Fox News jusqu’à son retrait mardi un peu avant 20h locale (2h mercredi matin, heure française).

Après avoir regretté que « cette information trompeuse » soit restée en circulation, Kate Purchase a remercié via Twitter la télévision « pour avoir effacé le tweet ». La responsable au cabinet de Justin Trudeau avait eu des mots sévères sur la gestion éditoriale du réseau social de la chaîne de télévision.

« Ces tweets de Fox News déshonorent la mémoire des six victimes et de leur famille en propageant la désinformation, en jouant sur les questions identitaires, et en perpétuant la peur et la division au sein de nos communautés », avait-elle encore écrit. Kate Purchase avait ensuite visé la nouvelle administration américaine en demandant de « rester concentrés sur la sécurité et l’unité de nos communautés au lieu de tenter de construire des murs et de faire de nos communautés des boucs émissaires ».