La meute secouée par les manifestants

Le porte-parole du regroupement de manifestants contre le racisme qui organisait la contre-manifestation de dimanche pour stopper La Meute refuse de condamner les débordements.

Refusant de dénoncer directement les actions des manifestants masqués qui ont affronté les policiers dimanche, Pablo Roy-Rojas, le porte-parole du regroupement de manifestants contre le racisme, a plutôt pointé du doigt ses opposants de la droite. « Ce qu’on peut dénoncer, c’est l’escalade de la violence. L’extrême droite, elle est violente et dangereuse. Elle a même tué six musulmans cette année à Québec», a insisté le porte-parole du groupe anti raciste.

Après avoir été confinés dans un stationnement souterrain pendant plusieurs heures, les membres de La Meute ont finalement pu manifester dans les rues de Québec en fin de journée, dimanche, contre ce qu’ils qualifient « d’immigration illégale ».

Le militant Jaggi Singh a pour sa part été le seul manifestant arrêté, sous les protestations de la foule. Une intervention trop musclée au goût de Rachelle Benjamin, l’une des manifestantes contre le racisme présente au moment de l’arrestation.

« J’ai trouvé l’arrestation très violente. C’est un monsieur qui avait apporté de la musique. Nous étions tous là pour manifester contre la haine, pour la diversité, pour la tolérance. »