Russie USA le poker menteur

La Russie, qui clame son innocence depuis le début, s’estime renforcée par les déclarations du laboratoire spécialisé britannique qui a analysé la substance utilisée contre l’ex-espion.

Ce laboratoire situé à Porton Down, près de Salisbury, l’a identifiée comme étant du Novitchok, un agent innervant de type militaire de conception soviétique.

Mais il a reconnu ne pas avoir de preuve que la substance utilisée contre les Skripal ait été fabriquée en Russie, alors que le ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson avait paru dire le contraire.

« Grossièrement fabriquée »

Le chef du renseignement extérieur russe Sergueï Narychkine a explicitement accusé mercredi les Occidentaux de manipulation, affirmant que l’affaire Skripal avait été « grossièrement fabriquée par les services spéciaux de Grande-Bretagne et des Etats-Unis ».

Le chef du laboratoire chimique du ministère russe de la Défense, Igor Rybaltchenko, a affirmé, selon l’agence russe Interfax, que « n’importe quel laboratoire moderne » pouvait produire le type de substance utilisé.

« il n’existe aucun marqueur unique qui permettrait de désigner un pays comme ayant préparé la substance utilisée », a-t-il assuré.

M. Poutine avait déjà relevé qu’une substance comme celle utilisée à Salisbury pouvait être fabriquée « dans une vingtaine de pays du monde ».

,