Paris manif impressionnante

Étudiants, féministes, France Insoumise, familles entières, gilet jaunes, et journalistes défilent contre les « violences policières » et contre le controversé article 24, censé interdire de filmer la police Française « en action » dans des manifestations déclarées ou non. Plusieurs centaines de manifestants plus radicaux sont en tête de cortège. Ils avancent au son de « tout le monde déteste la police ».

« Les violences policières n’existent pas »

Après une série de violences policières inouies, paradoxalement, les autorités et les médias et jusqu’à Macron, président de la république faisaient tout pour cacher ces violences, quitte à mentir aux Français sans vergogne,  jusqu’à ce que la vidéo d’un sévère tabassage raciste face surface, et la, impossible de nier pour les uns comme pour les autres.

Le Président était resté aussi sourd que muet jusqu’ici, mais après 24 heures de crise politique qui a embrasé sa majorité et les médias mainstream, il a dû lui aussi mettre les mains dans le cambouis. « Ces images nous font honte, écrit-il. La France ne doit jamais laisser la haine ou le racisme », et demande une police « exemplaire » avec les Français. Un message présidentiel pour tenter de contenir l’incendie après la journée d’hier, cauchemardesque pour l’exécutif.

La majorité #LREM s’étrangle. Députés ulcérés, affrontements par lettres interposées entre le président de l’Assemblée et le Premier ministre, et rétropédalage express de Jean Castex (Sarkozyste) lâché de toute part. Bref, « c’est le bordel », résume un conseiller de Matignon. Un autre conseille confirme : « on se serait bien passé de cette journée ». Reste à savoir quel crédit  sera porté au bénéfice de cette majorité à l’avenir. Sans doute très peu.

Patrick Benoit.